Une maternité de proximité ou pourquoi faire des choix assumés?

Cette semaine j’ai été approchée par une doctorante en droit, qui me demandait gentiment de remplir un questionnaire concernant mon choix de scolariser mes enfants à domicile

Je vous avoue qu’au fil de mes réponses, j’ai eu certaines prises de conscience, notamment en ce qui attrait mon parcours personnel m’ayant mené à ce choix, mais également les attentes de notre société vis à vis nos enfants.

Comme je le lui expliquais, mon processus de changement s’est réellement imposé par un changement de religion. Il faut dire d’emblée que je viens de 2 familles où la religion catholique prend une place prédominante. Jusqu’alors, je n’avais jamais remis tout ça en question; ça faisait partie de moi, c’est tout.

Après la naissance de ma fille aînée, nous avons commencé à planifier le baptême. Pas parce que j’en ressentais l’envie ou le besoin, mais parce que ça allait de soi. Niaiseux de même. 

Le problème m’est apparu lorsqu’au cours du processus on m’expliqua que le parrain et la marraine devaient obligatoirement être confirmés et en démontrer la preuve. Ok. Mais les parents eux ? On s’entend que nous sommes les premiers guides de nos enfants au quotidien right? 

Mon raisonnement devait être poche parce que les parents n’étaient pas pris en considération. Ayant un esprit plutôt critique j’ai commencé à me questionner sur le bien fondé de tout ça. Sur ma foi. Je me suis aperçue qu’à part aller à l’Église le soir de Noël par TRADITION, je n’avais aucun engagement réel dans la religion que je connaissais jusqu’ici. C’est là que j’ai commencé à m’en distancier et par le biais, découvrir le bouddhisme. 

J’ai lu et me suis documentée. On devient catholique en se faisant baptiser, et on devient bouddhiste en prenant refuge. Déjà, ça me parlait beaucoup. J’ai donc établis un changement de cap à ce niveau pour changer par la suite mon alimentation, plus alignée avec mes valeurs. Je suis donc flexitarienne? Je ne sais jamais trop comment me qualifier, mais disons que je ne mange que du poisson, poulet et oeuf comme ‘viande’ et que je ne consomme pas de produits laitiers et que très peu de gluten.

Ceci étant, lorsque j’ai appris ma 3e grossesse j’avais déjà commencé à faire des choix assumés. Est venu naturellement le désir d’un accouchement qui nous ressemble, dans le confort de notre foyer. S’est ensuite imposé l’évidence de l’allaitement exclusif à la demande tout comme le co-dodo et l’introduction des solides par la DME (diversification menée par l’enfant).

En cours de questionnaire, j’ai du expliquer en quoi je considérais ma vision de la maternité différente de celle plus ‘standard’ de la société actuelle. Je me suis relu et je voyais qu’il y avait un fossé assez évident entre mes valeurs et celles prônées autour de moi. J’ai répondu par des commentaires et questions reçus face à mes choix…

  • Pourquoi accoucher à la maison lorsque tu peux être à l’hôpital avec du personnel qualifié et ne pas endurer de douleur ? Pourquoi tu risques la vie de ton bébé? Tu n’as pas peur de mourir si ça se passe mal ? Tu devrais penser à tes autres enfants s’il t’arrivait quelque chose? 
  • Pourquoi tu allaites aussi souvent? Tu dois manquer de lait/ tu gâtes trop ton bébé… Tu ne devrais pas dormir avec elle encore à 5 mois, tu vas finir par briser ton couple. Tu ne devrais pas l’a prendre à chaque fois qu’elle pleure/ l’avoir toujours dans les bras, tu l’a gâtes et personne ne peut l’a prendre. 
  • Pourquoi tu ne feras pas baptiser tes autres enfants, Océanne l’est elle? Tu devrais les faire baptiser, tout le monde le fait et ça a toujours été comme ça… C’est quoi cette histoire de changement de religion, es-tu tombée sur la tête?
  • C’est bien beau vouloir enseigner à tes enfants mais ils vont faire comment pour socialiser? Il n’auront pas d’amis? Comment tu vas t’assurer qu’ils ne cumulent pas de retards ? Elles vont devoir un jour avoir un métier, il va falloir qu’elles aient un diplôme comme tout le monde… Tout le monde a toujours été à l’école je vois pas pourquoi ce serait différent pour les tiennes…

Lorsque j’y ai réfléchis, une constante revenait à chaque fois, en dehors des peurs à travers tous ces discours, et c’était les attentes de la société. Faire comme tout le monde parce que c’est comme ça qu’on a toujours fais. Alors, pourquoi on ferait différemment? 

Pour être franche, très loin de moi l’idée d’avoir la prétention de faire mieux qu’une autre. Seulement, j’espère constamment faire mieux que moi-même mais surtout, poser des choix réfléchis et engagés. De cette façon, il pourra m’arriver de me tromper oui, mais je ne pourrai pas m’en vouloir d’avoir suivi la masse. Le choix je l’aurai prie en évaluant tous les paramètres en jeu.

Mon chum riait un peu lorsque je lui parlais de fréquenter le temple bouddhiste les dimanches de manière occasionnelle. Lorsque je lui ai répondu que j’étais plus bouddhiste que tous ceux qui se proclament catholiques mais qui ne pratiquent pas et qui ne vont à l’Église qu’à Noël, il n’a eu d’autre choix que d’avouer que j’avais raison sur ce point. Pour ma part, je ne cherche pas à vendre mes convictions à personne, mais simplement à vous inviter à un éveil de conscience. À vous questionner sur ces choix que vous faites souvent juste parce que c’est ce que tous les autres ont toujours fait.

Pour ce qui est de l’école, j’aimerais avoir une grande confiance en notre système actuel de sorte que je sois en paix avec l’idée d’envoyer mes filles dans le monde des ‘grands’. Le fait est, que je considère l’école comme un endroit où l’on moule les esprits à réfléchir et penser comme on le leur apprend, non pas par eux mêmes, et ça, c’est un grave constat.

On ne sait plus non plus reconnaître la vitalité de l’enfant pour ce qu’elle est. On espère qu’il sera sage, patient, docile, respectueux. Lorsque je vois le regard des gens devant la fougue de mes enfants parfois loin de cette sagesse, je sourcille. Comment peut on s’attendre d’un enfant qu’il soit sage ? Qu’il soit patient? Qu’il soit déjà compétent socialement?

Et alors on le module. On le transforme…

Je veux que mes filles apprennent à se connaître elles-mêmes pour qu’elles puissent éventuellement choisir la voie qui leur conviendra sans se créer de barrières au départ. J’ai 31 ans et j’ai souvent l’impression de ne pas avoir fais le tour de moi-même encore!

Je veux prendre le temps de vivre avec elles, de les voir grandir, évoluer et développer leur esprit critique. Je ne leur apprends pas qu’un berlingot de lait est un aliment ‘bon’ et qu’un chocolat est un aliment ‘mauvais’. Je leur explique d’où provient le lait et comment on traite les vaches dans l’industrie laitière. Je leur explique que dans le chocolat au lait, il y à énormément de sucre et que ce sucre s’attaque à l’émail de leurs dents creusant de petits trous jusqu’à la dentine à l’intérieur, causant des caries. Je leur apprends que le chocolat noir à plus de 70% de cacao contient moins de sucre, et qu’on peut donc facilement trouver des alternatives lorsqu’on y réfléchit.

Elles ont 4 et 5 ans. Elles sont curieuses et aiment la vie. Elles choisissent de ne pas manger de viande de l’épicerie parce qu’elles aiment que les vaches soient heureuses, dans un pré à brouter de l’herbe comme ça devrait l’être. Elles mangent du chocolat à l’occasion comme tous les enfants, mais ne font pas de crise lorsqu’on dit que c’est assez, parce qu’elles connaissent les conséquences de l’excès. Elles font des choix.

Pourquoi j’ai envie d’enseigner moi-même à mes enfants ? Parce que la vie ne s’apprend certainement pas dans les livres d’école.

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply Geneviève 7 avril 2017 at 16:15

    J’aimerais tellement en jaser avec toi autour d’un thé!

    C’est un très beau texte, qui décrit bien mes propres valeurs.

    • Reply Bonheur Assumé 7 avril 2017 at 17:43

      Aww je suis contente de lire ça! Je travail sur l’écriture d’un livre qui ira dans le meme sens 🙂 Ça risque de te plaire aussi ❤️

  • Reply Dondine 21 mars 2017 at 11:09

    Juste wow!!
    Ton texte me parle énormément. De dire que l’école est « un endroit où l’on moule les esprits à réfléchir et penser comme on le leur apprend, non pas par eux mêmes » est exactement la vision que j’en avais quand j’y suis moi-même allée. J’étais très douée à l’école, mais seulement parce que j’avais des parents très présents et impliqués. Par exemple, j’en apprenais plus sur les fractions avec mon papa en faisant la cuisine en revenant de l’école que dans mes cours de mathématiques. J’aime lire et écrire grâce à ma mère de qui j’ai hérité mon côté « rat de bibliothèque » et non avec les livres défraîchis, inintéressants et surtout imposés par nos professeurs durant le parcours scolaire.
    Je suis maintenant mère et je me suis questionnée avant même d’accoucher de ma première merveille : quelles sont mes alternatives? L’école-maison (ou plutôt l’instruction en famille selon mon terme favori puisque je ne veux pas reproduire le modèle d’école et que l’enseignement se fait à plein d’autres endroits que la maison seulement), s’est imposée naturellement. Mes enfants ne sont pas encore d’âge scolaire, mais ils apprennent déjà merveilleusement alors je me vois mal tuer dans l’oeuf cette belle soif d’apprendre qui se dégrade rapidement une fois entrés dans le système imposé par une société trop habituée à ne pas se remettre en question…
    Au plaisir de continuer à te lire!! ^_^

    • Reply Bonheur Assumé 21 mars 2017 at 17:31

      Merci mille fois pour ton commentaire ! Tu as eu la chance d’avoir des parents avants-gardistes et très présents et ça doit se ressentir dans le parent que tu es maintenant! Tu savais qu’à la base, les écoles que nous connaissons ont été créées dans le but de modeler les enfants et de les discipliner après la guerre. Les enfants traînaient dans les rues alors on les a rassemblés et on les a mis dans des établissements pour les discipliner afin qu’ils apprennent surtout à suivre des règles. Lorsqu’on y réfléchis avec sérieux, on est pas si loin de cela dans nos écoles actuels très rigides, qui sont régies elles-mêmes par des commissions scolaires dont on peut largement requestionner l’existence!
      Je te souhaite d’avoir cette merveilleuse chance de scolariser tes enfants toi-même… nos enfants sont la génération de demain après tout <3
      Merci encore une fois de me lire!!

      • Reply Dondine 27 mars 2017 at 18:10

        Ça me fait plaisir de te lire : j’ai dévoré ton blogue d’un bout à l’autre comme je le ferais d’un bon roman. ^_^
        C’est très rafraîchissant car j’avoue que souvent l’information retrouvée sur internet (au sujet de l’école-maison surtout)
        viens souvent des États-Unis ou de l’Europe alors de lire sur ce sujet au Québec me fait très plaisir.
        J’aurais bien aimé jaser et échanger avec quelqu’un qui partage ce mode de vie avant de me lancer dans cette aventure qu’est l’instruction en famille alors si ça t’intéresse, je pourrais te laisser mes coordonnées pour discuter par email ou même devant un bon café! 😉 Pourquoi pas?

        • Reply Bonheur Assumé 27 mars 2017 at 23:54

          Trop de bons mots ! Merci beaucoup! Tu as reçu ma réponse par courriel déjà? Je t’avais répondu il y a quelques jours 🙂 Tu m’écris quand tu veux et tu n’hésites pas ! Je suis plutôt présente sur la page Facebook aussi ! Tu habites aux environs de Montréal !?

          • Dondine 28 mars 2017 at 07:44

            Non malheureusement, je n’ai pas reçu ton courriel : je n’ai reçu que l’infolettre… :-/ Bizarre.
            Peux-tu me le renvoyer?
            dondine.blogueuse@gmail.com
            Merci! ^_^

          • Bonheur Assumé 28 mars 2017 at 23:49

            Étrange oui! Je viens tout juste de te le retourner! Si tu ne reçois rien ni dans tes courriels ni dans tes indésirables, laisse le moi savoir xx

  • Reply Nicole 18 février 2017 at 12:40

    Bravo pour ce beau texte , et en effet la société en générale est comme cela trop souvent pour ne pas être jugé ont fait ceci et cela parce que c’est comme ça Mais sans vraiment s arrêter à dire est ce que cela me convient vraiment ? Est ce que je suis heureuse là dedans si nous pourrions en arriver à respecter les comportements sans jugement ( je parle ici de comportements qui ne nuisent pas ou non violents)

    Je t adore ma grande

  • Leave a Reply

    Back to top