À propos

école à la maison, école en famille, homeschooling, art

J’ai grandis dans un milieu où comme plusieurs, la croyance était qu’un diplôme ouvrait la porte sur le bonheur. Ce bonheur se définissant par un emploi bien payé dans son domaine d’étude, permettant l’achat d’une belle grande maison et d’une voiture neuve qu’on change aux 5 ans, pour avoir finalement 2 enfants avec un conjoint ayant lui aussi, un salaire intéressant.

J’ai adhéré à cette idéologie pendant longtemps, jusqu’à me perdre.

Jusqu’à décrocher un emploi d’éducatrice, puis d’intervenante pour la DPJ de Montréal suite à quelques années dans le domaine de la restauration. 

Je cumulais les heures dans un domaine qui ne vous laisse pas toujours indemne. Je voyais de moins en moins mes enfants et ma relation de couple était devenu un champs de mines.

Lorsque j’arrivais à arriver à la maison avant que mes filles ne soient couchées, je n’avais plus l’énergie pour autre chose qu’un simple, mais oh combien important, Bonne nuit.

Les fins de semaine étaient meublées par les cours de l’une ou de l’autre et ça me convenait… tout pour éviter de me retrouver avec mon chum qui était devenu une bien mauvaise version de lui-même.

Fatigue, stress, impatience, chicanes, cris. C’était notre quotidien.

Sans le voir venir, j’avais mis ma vie sur pilote automatique, où répondre à la demande primait sur mon bonheur personnel.

Nous avions planifié une rencontre en médiation, alors que c’est une rencontre avec une sage-femme, pour une grossesse surprise, où nous nous sommes rendus. Nous avons décidé de l’accueillir comme un signe de pause et de réflexion bienvenu.

Ce fut le déclic pour un changement radical de perspective de ce qui devait être notre définition du bonheur.

Nous avons réalisé que nous pouvions redéfinir ce qui nous rendait heureux, au delà des attentes préconçues dans la société, que ça plaise ou non à notre entourage. Nous avons réalisé que la famille, le temps, valait bien plus que tous les biens que nous pouvions consommer.

Nous avons décidé de vivre une vie au ralentit pour profiter du temps qui passe et qui ne revient jamais. Pour apprendre à connaître vraiment nos enfants 24/7… non pas 2h par jour sur le coin d’un comptoir lunch, ou dans le derrière d’une voiture prise dans le traffic.

 

Nous avons décidé d’avoir moins, mais tellement plus!

Je vous partage donc ici notre quotidien suite à ces changements importants, que ce soit de la scolarisation de nos enfants en famille, le maternage de proximité, ou notre virage vers le minimalisme!

Profil pro.

J’ai toujours réussi facilement à l’école, mais détesté passer des heures assise sur une chaise pour apprendre. J’ai donc terminé mon baccalauréat en psychologie à 20 ans, l’ayant fais en accéléré, soit 2 ans plutôt que 3.

Qu’en aie-je retenu? Trop peu de choses. Je dois reconnaître que la plupart de mes connaissances me viennent de lectures, recherches, formations et expériences.

  • Formation Théorie de l’attachement
  • Formation sur Comment recueillir la parole de l’enfant victime d’abus
  • Formation sur la prévention du suicide à l’enfance
  • Formation en santé mentale
  • 6e Colloque québécois sur la maltraitance des enfants et adolescents
  • 3e Séminaire du Centre d’expertise sur la maltraitance
  • Conférencière sur la théorie de l’attachement
  • et j’en passe…

J’ai travaillé plusieurs années en restauration avant d’être éducatrice en Centre jeunesses à Montréal. J’ai ensuite obtenu un remplacement comme intervenante en situation de crise familiale. J’ai travaillé auprès d’une clientèle vaste et en besoin de tous genres, passant du trouble de comportement, aux abus physiques graves. 

Je suis devenue maman de 2 filles, puis 3. Je les scolarise maintenant à la maison et j’ai a coeur de défaire les préjugés entretenus à l’égard de l’éducation naturelle, respectueuse du rythme de l’enfant.

Bienvenu chez moi!

Back to top